Méduse, MET, d’après The Milton Weil Collection, 1940

Méduse est un projet de recherche autour de du lien entre de visage et l’identité.

La Méduse, sœur gorgone aux cheveux de serpents, avait un visage qui pétrifiait quiconque le voyait. Persée, pour la tuer, dut la regarder à travers un reflet, diminuant ainsi son pouvoir de sidération.

Si « autrui est visage », selon Lévinas, y a-t-il de l’altérité sans visage ? Peut-on exister sans ce qui semble être une condition à l’humanité ? Comment être intégré dans le groupe humain quand on s’identifie de plus en plus à l’apparence d’autrui, lorsque le visage manque ou la face que l’on montre aux autres est difforme ?

Une photographie d’archive d’un soldat de la Première Guerre mondiale, une des gueules cassées. Le bandeau noir nous force à revoir son visage comme s’il n’avait pas été défiguré.

(Photographie issue des collections du Musée du Val de Grâce, Paris)